A. Accueil

AMABIO permet à quiconque de devenir « co-propriétaire » d’une terre agricole. Donc à valeur de sécurité patrimoniale.

Tout est conçu dans l’esprit de responsabilité sociale et environnementale.

Cette terre nourricière géographiquement proche du domicile de chacun est cultivée par des maîtres-jardiniers en agrobiologie, loin de tout produit phytosanitaire. Donc sécurialimentaire de haute qualité nutritionnelle.

Le goût et la richesse nutritive des aliments est totalement rétive à la monomanie financière. Si depuis des années de massacre biochimique et d’irrespect du consommateur, on voit proposer de la masse alimentaire à faible coût et insipide, la réaction se fait de plus en plus vive, qui exige maintenant des produits sains, goûteux et respectueux de notre environnement.

En vérité nous vivons une époque de formidable renouveau agricole. J’ai vu naître dans les années soixante l’avènement de la chimie. Les agriculteurs ont été ravis de ce que leur vie s’en trouvait améliorée : Les interminables et usantes heures de désherbages se réduisirent au maximum ; des produits miracles semblaient éradiquer les maladies destructrices de récoltes ; des engrais magiques et « gonflette » donnaient belles apparences et productivités majeures en diminuant l’effort et la fatigue. Bien peu ont résisté aux sirènes séduisantes tant la fiancée était belle.

Par une curieuse inversion de langage, l’agriculture chimique des cinquante dernières années est devenue l’agriculture conventionnelle alors que l’ensemble des techniques ancestrales a dû se qualifier de biologique… Soyons clair : Nous utiliserons toujours le qualificatif de « chimique » pour désigner l’usurpée agriculture « conventionnelle ». Quant au « bio », c’est une agriculture multimillénaire et donc réellement conventionnelle à travers ses usages locaux et ses formidables évolutions modernes.

A l’heure où ces lignes s’écrivent, tout fini de se préparer pour installer la première ferme Amabio dans le Gard, dans un bassin d’un million d’habitants dont les noyaux sont les villes de Sète, Montpellier, Nîmes et Avignon. Nous utiliserons tous les savoir-faire favorisant l’auto-fertilisation des milieux biologiques, de la culture en forêt équatoriale, en passant par le génie des jardiniers péri-parisiens du dix-neuvième siècle, par la biodynamie, par les méthodes de restauration de la vie des sols, l’agroforesterie, le respect et la conduite des équilibres, les travaux des formidables maîtres en permaculture en France et à travers le monde.

Toutes les disciplines culturales sont les bienvenues, sans exclusive, sans sectarisme, pourvu que la vie soit partout favorisée, des vers-de-terre à la cime des arbres Avec tous ceux qui voudront au fur et à mesure du temps nous rejoindre, nous continuerons à bâtir les fermes AMABIO dont le but est de réhabiliter sur le plan biologique, après achat, des terres autour des villes, d’assurer à nos sociétaires une sécurité patrimoniale foncière, de former et installer des Maîtres-Jardiniers, de collaborer par des prises de participations foncières avec des agriculteurs préexistants et désireux de modifier leurs pratiques en suivant notre éthique. Des espaces autrefois agricoles mais aujourd’hui clos par le retour des forêts seront acquise pour l’essor de l’agroforesterie et l’élevage en milieu « sauvage ».